accueil
chroniques
newsletter
partenariats
contact
Union mortelle vampire
LE Bonheur national brut
Outlander 2
Catherine Certitude
Apocalypse Bébé
Marjane
Echange des princesses

La Plume d'Ivoire

Jeune libraire partageant ses avis de lecture.

La Voleuse de Livres - Markus Zusak

La Voleuse de Livres

de Markus Zusak

Pocket (2008)

632 pages

Première publication : 2005

 

Quatrième de couverture :

 

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenue. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s'est arrêtée. Est - ce son destin d'orpheline dans l'Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret... Celui qui l'a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres...

 

* * *

 

    

    Récemment adapté au cinéma, La Voleuse de Livres, fait beaucoup parler de lui. Les éloges pleuvent sur lui et avec sa récente sortie en salle, il me fallait le découvrir et le sortir enfin de ma PAL. Je me suis offert ce livre il y a presque deux ans et il aura fallu la sortie du film et une LC pour le faire enfin émerger de mon innombrable tas de bouquins !

 

    Souvent qualifiée d’oeuvre magnifique, émouvante, immanquable et j’en passe, ne pas être curieux de le lire s’est avéré compliqué. Force d’éloges, peut-être en attendais-je trop car, je n’ai pas ressenti le quart d’émotions que l’on m’avait promis. C’est un bon roman mais qui ne m’a pas touché énormément

    Je me suis posé un peu trop de questions durant ma lecture, à savoir « pourquoi Liesel ? ». C’est une jeune demoiselle très attachante et je ne mets absolument pas en doute l’intérêt de son histoire néanmoins, la Mort affirme qu’il est rare qu’un humain attire son attention. Je me suis demandé durant une grande partie du roman ce qu’avait Liesel de plus que les autres pour attirer son attention, avant d’arrêter d’essayer de comprendre… Attention, je ne dis pas qu’elle n’a rien d’intéressant, juste qu’elle ne sort pas plus du lot que son voisin. 

    Je ne vais pas m’attarder plus là-dessus, C’est seulement un point qui a perturbé ma lecture. Après, peut-être est-ce moi qui suis passée à côté du roman… 

 

    Je me suis longuement demandé quel était le but de ce roman. Mettre cette jeune fille sur un piédestal et nous promettre tacitement une histoire extraordinaire, nous fait forcément attendre beaucoup. Il est question d’une histoire somme toute assez banale (banale pour une existence durant la seconde guerre mondiale, j’entends… Si banal est un mot que l’on peut employer pour cela…). Des rencontres, des liens qui se créent, des journées habituelles, je cherchais une portée plus large que le seul fait de nous raconter une histoire. Evidemment, j’ai trouvé un peu plus que cela mais m déception a quand même pointé un bout de son nez.

    En le prenant pour ce qu’il est et ne pas en attendre trop, j’aurais surement plus profité du texte. 

 

    En dehors de mes questionnements et de mes attentes personnelles, je lui concède son originalité et des qualités littéraires certaines. 

 

    Le fait que le narrateur soit un personnage onirique né de l’imagination humaine, un fait réel et irrévocable personnifié tel que la mort est somme toute assez inattendu. Cela nous donne un point de vue intéressant sur l’histoire qui nous est racontée. La narration est externe et observe tout en se mêlant à l’histoire des personnages. Elle sait évidemment les évènements qui vont advenir avant le lecteur et nous prévient parfois de la mort de certains protagonistes ou qu’il n’ont plu que quelques mois à vivre, ce qui désamorce la tension de se demander qui sera le prochain. On sait qui va y passer, on y est préparé et hormis la curiosité de savoir comment cela se passera, les émotions sont amoindries.

 

    On suit Liesel durant quatre ans, on découvre son histoire, pas des plus joyeuses, qui s’ouvre d’ailleurs sur un décès. On est projeté assez brutalement au milieu d’un univers obscur. Elle est placée dans une famille d’accueil par sa mère, va devoir s’habituer à sa nouvelle famille. Les liens qui se créent entre eux sont attendrissants et forts, surtout avec son père adoptif. Liesel fait des cauchemars toutes les nuits et c’est son père qui vient la calmer à chaque fois et la veille toutes les nuits. Ces rendez-vous nocturnes sont devenus un grand réconfort pour la petite fille. Ces veillées vont se transformer en leçons de lecture. A dix ans, Liesel ne sait pas lire et c’est son père qui lui apprendra via le tout premier livre que l’enfant a volé : Le Manuel du fossoyeur qu’elle a ramassé dans la neige durant l’enterrement de son petit frère. 

 

    C’est à partir de là que les livres vont prendre une telle importance pour elle. 

    La seconde relation la plus touchante du roman est celle qu’elle noue avec Max, le juif qu’ils cacheront dans leur cave. Ils vont se lier de manière très forte et la précarité de leur situation rend leur relation d’autant plus percutante

 

    Les personnages sont réalistes, émouvants et vivants, on s’y attache donc assez facilement mais, à cause de la narration, une certaine distance s’impose avec eux. Le fait que ce soit la Mort qui raconte l’histoire m’a donné l’impression d’être trop externe aux émotions des personnages. Cela crée une sorte de vitre entre eux et le lecteur, ce qui m’a donné le sentiment de n’être que spectatrice et c’est pourquoi ce livre ne m’a pas bouleversé. C’est une très belle histoire, touchante, qui ne m’a pas remué jusqu’à l’âme, comme ça a été le cas pour certains. 

 

    On est au sein d’un village allemand, ce qui nous donne la vision du peuple allemand durant la seconde guerre mondiale. C’est rafraichissant car l’habitude de voir les allemands traités comme des ennemis cruels sans plus de profondeur est lassante à la longue. On a ici des scènes de leur vies quotidiennes sous Hitler et l’on voit bien que pour beaucoup, ils subissent son joug sans pouvoir rien faire, à moins d’être emprisonnés. 

    On a souvent la vision du juif qui a peur de se faire prendre mais moins celle des protagonistes qui l’aident à se cacher. Ici au contraire, on mise là-dessus, la famille a extrêmement peur de se faire prendre, autant pour leur propre sécurité que pour l’ami qui loge à la cave. Si un nazi venait mettre son nez là-dedans, ils seraient tous bons pour finir dans un camp de travail… 

 

    Les restrictions alimentaires, la peur et les bombardements font parti de leur quotidien. Liesel et sa famille habitent près de Dachau et voient assez fréquemment des juifs escortés jusque là-bas car ils traversent son village. 

 

    La Voleuse de Livres est une très belle histoire, réaliste, touchante et triste à la fois. Il plaît beaucoup, a plu et plaira surement encore. Même si je n’ai pas été touchée comme je m’y attendait, j’ai apprécié cette découverte. Mon seul regret reste cette distance entre les faits et le lecteur. On ne s’attarde pas sur les morts, la caméra semble passer sur la scène à titre informatif et oublie les belles émotions. Quand on sait que c’est la Mort qui raconte, on peut se dire que la distance est logique, elle a vu assez de décès et de douleur pour ne pas s’apitoyer dessus mais, j’aurai aimé une proximité plus intime. 

    L’histoire me touchera peut-être plus visuellement quand je verrais l’adaptation cinématographique. 

 

Ce livre a été lu dans le cadre d'une LC sur Livradict

La Voleuse de Livres - Markus Zusak

Ma note :

Force est de constater que les agonisants posent toujours des questions dont ils connaissent les réponses. Peut-être est-ce pour mourir en ayant raison.



Historique

À propos

La Plume d'Ivoire

“Lectrice et blogueuse atteinte de boulimie livresque aux goûts très éclectiques ! Je lis et chronique des romans de tous horizons ! ”

Rédigé par Ivy

Facebook

Mes Derniers
Coups de Cœur

Even dead things Morwenna Modiano Eden Bellwether Wheeler Burden Sharaz-De

Lectures en cours

Contact

facebook twitter livraddict hellocoton flux_rss

Sommaire par genre

Coups de coeur
_____________________________

annees 50 aventure bandes dessinees biographies bit-lit chick-lit Conte Érotisme fantastique fantasty Historique horreur Humour Jeunesse littérature classique littérature contemporaine litterature_lgbt victorien nouvelles Pirates romance science_fiction steampunk thriller

Rendez-vous

Challenges Concours j'sais plus où les mettre Top Ten Tuesday

Rédactrice pour
So Busy Girls !


Cliquez sur l'image pour avoir accès à mes articles sur So Busy Girls !


macaron-redactrices-orange-300px



Articles récents

Hébergé par Overblog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...