accueil
chroniques
newsletter
partenariats
contact
Union mortelle vampire
LE Bonheur national brut
Outlander 2
Catherine Certitude
Apocalypse Bébé
Marjane
Echange des princesses

La Plume d'Ivoire

Jeune libraire partageant ses avis de lecture.

Publié par Ivy le
Publié dans : #Contes, #Robert Laffont, #Philosophie, #Martine Marie Muller, #Littérature contemporaine
La Porte - Martine Marie Muller

La Porte

de Martine Marie Muller

Robert Laffont (1999)

118 pages

Quatrième de couverture : 

 

 

Dans sa rude montagne pyrénéenne, entre Béarn et Pays basque, le vieux Barcus rêve d'une autre vie. En attendant, dans sa masure en pierres sèches, il contemple souvent sa magnifique porte d'entrée, oeuvre massive d'un charpentier espagnol de passage, qui l'orna d'un coeur gravé dans le chêne. Un homme possédant une telle porte, pense-t-il, se doit de connaître tôt ou tard un grand destin. Justement, quand une jeune randonneuse venue de la ville lui en propose un prix inespéré, le vieil homme pense que son jour est enfin venu. Et de conclure avec la jeune fille un étrange marché...
L'histoire commence comme un fait divers rural. Elle se poursuit comme un conte ou une fable cruelle, quand la fatalité s'en mêle. Et l'on découvre que la porte de Barcus est la clé de chemins incertains, de paradis perdus, de lendemains imprévisibles.

 

 

* * *

 

 

 

    La Porte est un très bon conte philosophique que j’ai découvert par le bouche à oreilles. 

    Martine Marie Muller se sert d’un couple de paysans sans le sou mais regorgeant d’amour mutuel pour nous offrir une belle réflexion sur le bonheur et sa recherche incessante.

 

    Ils habitent en pleine montagne, s’aiment énormément mais le mari se morfond quelque peu car il voudrait offrir une meilleure vie à son épouse. Il souhaiterait lui donner une existence sans labeur, faite de bonheurs quotidiens, qu’elle puisse se reposer au lieu de manquer de se tuer au travail. Mais elle est heureuse ainsi avec ce mari qu’elle aime tant. 

 

    La plus précieuse chose qu’ils possèdent est la porte de leur demeure, finement ouvragée, elle fait leur fierté. 

    Un jour, un petit groupe de nobles passe devant la maison isolée, la fameuse porte tape dans l’œil de la demoiselle faisant partie du groupe. Elle la veut en tant que cadeau de mariage et offre 20 ans de salaire aux paysans en échange de cette fameuse porte. L’homme, devant tant d’argent accepte mais, il va devoir la livrer lui-même en ville pour toucher la somme convenue. 

    Commence alors le récit de cet homme, portant son fardeau sur son dos, parcourant la montagne dangereuse pour faire le bonheur de sa femme. Ce chemin où il manque de mourir à chaque pas en vaut-il vraiment le coup ? Il perdra énormément durant ce voyage qui durera au moins une semaine, tant qu’il pensera plusieurs fois à rebrousser chemin pour retrouver son épouse.

 

    La chute de ce petit conte se révèlera peu de temps après son arrivée en ville, c’est là que le récit prendra véritablement tout son sens. 

 

    Ecrit vraiment comme un conte, cette si belle histoire nous fait prendre conscience de beaucoup de choses et nous fait nous poser beaucoup de questions sur nous, notre manière de vivre, notre insatisfaction chronique et notre société actuelle. Un conte qui se déroule à une époque que nous avons du mal à situer, fait surement exprès de la part de l’auteur afin rendre son histoire intemporelle et que chacun puisse s’y identifier. L’époque importe peu, les questionnement restent les mêmes.

 

    On peut clairement voir que l’esprit humain reste assez buté, ou est conditionné, car rares sont les moments où l’on perçoit totalement son bonheur (constant j’entends), sauf celui où on le perd. Faut-il perdre quelque chose pour se rendre compte de sa valeur ? Faut-il vraiment prendre autant de risques pour obtenir une chose que l’on désire fortement mais qui finalement, ne nous apportera peut-être pas ce bonheur tant attendu ? Ne sommes-nous jamais vraiment satisfaits de notre sort ? Est-ce cette recherche incessante de ce bonheur si idéalisé qui nous pousse dans cette insatisfaction constante ?

 

    Martine Marie Muller nous offre des personnages attachants mais assez lointains pour que la réflexion puisse prendre le pas sur l’histoire. Même si c’est l’histoire en elle-même qui crée cette réflexion, elle nous accroche en nous laissant assez de recul pour que l’on puisse voir le tableau dans son entièreté, pour que le lecteur puisse se rendre compte des actes et de leurs conséquences et ainsi, se poser ses propres questions

 

    La fin est assez ouverte pour que chacun y trouve ce qu’il y cherche. Néanmoins, j’avais choisi une possibilité qui s’avère, après discussion avec l’auteur, être celle qu’elle sous-entendait. Je ne vous en dit pas plus pour vous laisser savourer cette lecture. 

 

    C’est un livre que je recommanderais aisément pour sa portée philosophique et sa belle histoire. J’ai eu parfois un peu de mal avec le style car il est distant mais, il plaira sans doute à d’autres et l’histoire vaut le coup de passer outre. Néanmoins, je pense que c’est également une façon de concentrer d’attention du lecteur sur les questionnements qui se posent plus que sur l’histoire en elle-même. 

Qui un jour, dans sa vie, n'a pas rêvé de sortir de ses gonds, de sortir sa vie entière de ses gonds, de pousser ce qui devrait être la porte du Paradis avant de comprendre qu'elle s'ouvre sur l'abîme ? La porte que Barcus, pauvre berger pyrénéen, a arrachée à sa maison avec l'espoir de la vendre et de changer de condition, cette porte qu'il doit porter seul, sur son dos, à travers la montagne qui le réduit à l'état d'une bête acharnée à survivre, c'est notre histoire à tous. On est tous imprudents par espérance, orgueilleux par nécessité, lâchant le fragile bonheur quotidien, le mirage de la proie pour l'ombre des ténèbres et du déséquilibre.

 

À propos

La Plume d'Ivoire

“Lectrice et blogueuse atteinte de boulimie livresque aux goûts très éclectiques ! Je lis et chronique des romans de tous horizons ! ”

Rédigé par Ivy

Facebook

Mes Derniers
Coups de Cœur

Even dead things Morwenna Modiano Eden Bellwether Wheeler Burden Sharaz-De

Lectures en cours

Contact

facebook twitter livraddict hellocoton flux_rss

Sommaire par genre

Coups de coeur
_____________________________

annees 50 aventure bandes dessinees biographies bit-lit chick-lit Conte Érotisme fantastique fantasty Historique horreur Humour Jeunesse littérature classique littérature contemporaine litterature_lgbt victorien nouvelles Pirates romance science_fiction steampunk thriller

Rendez-vous

Challenges Concours j'sais plus où les mettre Top Ten Tuesday

Rédactrice pour
So Busy Girls !


Cliquez sur l'image pour avoir accès à mes articles sur So Busy Girls !


macaron-redactrices-orange-300px



Articles récents

Hébergé par Overblog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...