accueil
chroniques
newsletter
partenariats
contact
Union mortelle vampire
LE Bonheur national brut
Outlander 2
Catherine Certitude
Apocalypse Bébé
Marjane
Echange des princesses

La Plume d'Ivoire

Jeune libraire partageant ses avis de lecture.

Publié par Ivy le
Publié dans : #Le Cirque des Rêves, #Erin Morgenstern, #Flammarion, #Fantastique, #Magie, #Illusionnistes
Le Cirque des rêves - Erin Morgenstern

Le Cirque des rêves

d’Erin Morgenstern

Flammarion (2012)

496 pages

Première publication : 2011

Quatrième de couverture :


"Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors qu'hier il ne l'était pas."

Sous les chapiteaux rayés de noir et de blanc, c'est une expérience unique, une fête pour les sens où chaque visiteur peut se perdre avec délice dans un dédale de nuages, flâner dans un luxuriant jardin de glace, s'émerveiller et se laisser enivrer...


BIENVENUE AU CIRQUE DES RÊVES !


Derrière la fumée et les miroirs, la compétition fait rage. Deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s'affrontent dans un combat magique pour lequel ils sont entraînés depuis l'enfance. Cependant ils s'aiment, et cette passion pourrait leur être fatale.
 

* * *

 

    Je ne vous cache pas que j’ai totalement craqué sur le visuel de ce livre et j’ai su qu’il me le fallait avant même d’avoir lu le résumé (que j’ai vaguement parcouru avant de passer à la caisse…). Il faut dire que la couverture est sublime, néanmoins ce n’est pas le seul détail très attractif de ce roman, la tranche est de couleur rouge et quelques pages sont encore attachées entre elles, c’est presque à nous de couper le livre comme à l’époque en les entendant craquer ! Bien sûr, nul besoin de coupe papier ici, tirer doucement sur celles-ci suffit, sauf si vous avez la délicatesse d’un orc borgne qui se sert d’une épée en guise de cure dents. 

 

    Tout d’abord, il faut savoir que l’intrigue n’est pas uniquement centrée sur le couple d’illusionnistes comme il est stipulé dans le résumé mais bien plus sur le cirque en lui-même et le défi qui lie les deux protagonistes principaux.

 

    Ce qui m’a frappé au premier abord est le style de l’auteur. Tout en douceur, très bien travaillé, très beau mais lointain et froid, ce qui est assez gênant puisque cela instaure une certaine distance entre le lecteur et le récit, ce qui ne permet pas de s’imprégner totalement de l’univers que l’on découvre. Il est vrai que durant ma lecture je n’y ai plus fait attention, j’étais happée par le monde féerique qui s’ouvre au lecteur, subjuguée par cette ambiance magique, par les magnifiques décors qui nous sont décrits. C’est beau et ensorcelant ! Tant qu’on lit avec plaisir pour en avoir plus. Mais, c’est à la fin que je me suis rendue compte que j’ai réellement été plus touchée par les innombrables mystères du cirque et l’univers enchanteur que nous sert l’auteur plutôt que par les personnages…  

 

    Et c’est bien là que le bât blesse car, même ayant été envoutée par l’ambiance de ce livre, je me suis rendue compte en le refermant que jamais je n’ai compatis au sort des personnages. A vrai dire, ils ne m’inspiraient pas grand chose, ils étaient là sans l’être vraiment, très effacés. Pour des personnages principaux c’est assez moyen quand même surtout quand le bandeau de l’éditeur promet « Une histoire d’amour magique. Envoûtement garanti ! ». Pour l’envoûtement, on est d’accord, c’est très réussi, en revanche pour l’histoire d’amour je me pose des questions. Quand on me dit « histoire d’amour magique » je m’attends à quelque chose de poignant, de fort mais là, je n’ai pas été touchée par ce qui se passe entre Célia et Marco… Ça m’est passé complètement au-dessus de la tête, je l’ai même trouvée fade et sans grand intérêt. C’est joli, c’est mignon mais c’est loin. 

    Les rares personnages ayant attiré mon attention étaient somme toute assez secondaires puisqu’il s’agit de Bailey et des jumeaux. Et je peux vous dire que la petite amourette entre Bailey et Poppet m’a bien plus touchée et fait sourire que la principale… 

    Entre le début du livre et le point final, il s’est écoulé trente ans, ce qui est assez conséquent et pourtant… Malgré toutes ces années, les personnages nous restent étrangers, on en apprend que très peu sur eux, ils restent très transparents. Et je sais qu’ils ne feront pas long feu dans ma mémoire. 

 

    Quelques phases de narration au présent sont disséminées au fil du texte et s’adressent directement au lecteur, ce qui m’a un peu chatouillé ici est le tutoiement envers le-dit lecteur. Ça m’a un peu fait tiquer mais, j’ai passé mon chemin sans trop y revenir. Néanmoins, cela m’a un peu plus dérangé quand Célia et Marco se vouvoyaient. Au début de leur relation, très bien pas de problème. Mais même après qu’il lui ait enlevé sa petite culotte ils continuent de se parler comme s’ils se connaissaient à peine… Pourquoi ? Etrange choix de traduction… 

 

    Au début de chaque chapitre, se trouve une date et un lieu pour mieux nous situer. Moi qui fait rarement attention à ce genre de détails, je peux vous dire qu’ils sont ici essentiels si vous ne voulez pas être totalement perdus ! Le récit n’est absolument pas linéaire et la chronologie part un peu dans tous les sens ce qui est assez déstabilisant, mais après s’y être habitué, ça va mieux tant que l’on arrive à se repérer. 

 

    En dehors de ça, il faut attendre un bon moment avant de comprendre réellement ce qui se passe, on est dans l’attente, on tourne les pages sans savoir où on va mettre les pieds. Et c’est aussi en ça que ce roman est si prenant. La curiosité nous pousse à avaler les chapitres les uns après les autres pour enfin savoir de quoi il retourne exactement, quels sont les enjeux de ce fameux défi qui lie nos deux héros. L’auteur arrive sans mal à nous emmener où elle veut, là où on ne s’attend pas forcément à se trouver. (A vrai dire je n’ai aucune idée de ce à quoi je m’attendais en ouvrant ce livre).

 

    J’aurais tout de même espéré quelque chose de plus tragique, plus obscur, cela aurait peut-être relancé l’étincelle pour cette histoire que j’ai un peu perdu vers la fin. Surtout que l’on voit tout se désagréger peu à peu, comme une maison qui se délabre au fil du temps, alors ça aurait donné une touche plus dramatique et attrayante bienvenue. J’ai été assez déçue par la fin qui m’a laissé plutôt dubitative même si l’intention finale était honorable.

 

 

    Donc en bref, un roman magique qui nous entraine dans une ambiance splendide, la curiosité s’éveille face à ce défi dont on ne connaît que peu de choses malgré des personnages qui ne m’ont pas convaincu. 

 

Le Cirque des rêves - Erin Morgenstern

Ma note :

- Comment se fait-il que vous ne m'ayez pas demandé comment je réalisais mes tours ? lui demande Célia, certaine que ce n'est pas de la simple politesse de sa part.
Friedrick réfléchit longuement à la question avant de répondre.
- Parce que je ne souhaite pas le savoir. Je préfère que l'on ne m'éclaire pas pour mieux apprécier l'obscurité. 

Fantastique

À propos

La Plume d'Ivoire

“Lectrice et blogueuse atteinte de boulimie livresque aux goûts très éclectiques ! Je lis et chronique des romans de tous horizons ! ”

Rédigé par Ivy

Facebook

Mes Derniers
Coups de Cœur

Even dead things Morwenna Modiano Eden Bellwether Wheeler Burden Sharaz-De

Lectures en cours

Contact

facebook twitter livraddict hellocoton flux_rss

Sommaire par genre

Coups de coeur
_____________________________

annees 50 aventure bandes dessinees biographies bit-lit chick-lit Conte Érotisme fantastique fantasty Historique horreur Humour Jeunesse littérature classique littérature contemporaine litterature_lgbt victorien nouvelles Pirates romance science_fiction steampunk thriller

Rendez-vous

Challenges Concours j'sais plus où les mettre Top Ten Tuesday

Rédactrice pour
So Busy Girls !


Cliquez sur l'image pour avoir accès à mes articles sur So Busy Girls !


macaron-redactrices-orange-300px



Articles récents

Hébergé par Overblog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...