accueil
chroniques
newsletter
partenariats
contact
Union mortelle vampire
LE Bonheur national brut
Outlander 2
Catherine Certitude
Apocalypse Bébé
Marjane
Echange des princesses

La Plume d'Ivoire

Jeune libraire partageant ses avis de lecture.

Publié par Ivy le
Publié dans : #Rae Carson, #Collection R, #Robert Laffont, #Fantasy, #Jeunesse, #Princesse, #Elue
La Fille de braises et de ronces, Tome 1 - Rae Carson

Une fille de braises et de ronces,

Tome 1

de Rae Carson

Robert Laffont (Collection R - 2012)

400 pages



Quatrième de couverture :

 

Le Destin l'a choisie, elle est l'Élue,
qu'elle le veuille ou non.


Princesse d'Orovalle, Elisa est l'unique gardienne de la Pierre Sacrée. Bien qu'elle porte le joyau à son nombril, signe qu'elle a été choisie pour une destinée hors normes, Elisa a déçu les attentes de son peuple, qui ne voit en elle qu'une jeune fille paresseuse, inutile et enveloppée...


Le jour de ses seize ans, son père la marie à un souverain de vingt ans son aîné. Elisa commence alors une nouvelle existence loin des siens, dans un royaume de dunes menacé par un ennemi sanguinaire prêt à tout pour s'emparer de sa Pierre Sacrée.


Délaissée, humiliée, la princesse devra s'affirmer au milieu des intrigues de la cour, du grondement d'une guerre inévitable et des mirages de l'amour.


Il lui faudra puiser en elle le courage nécessaire à sa survie et à celle de son peuple. Accepter enfin d'être l'Élue de son propre destin.

 

* * *
 

 

    Un livre de fantasy jeunesse qui avait l’air intéressant, dont tout le monde avait l’air de parler (oui je suis faible…) et dont les nouvelles couvertures sont très jolies. J’avoue avoir bien aimé mais sans plus. Peut-être toute cette agitation autour de ce roman m’en aura fait attendre trop.

 

    Elisa est la princesse cadette d’Orovalle mais aussi l’Elue, elle porte donc la pierre sacrée à son nombril. Mais cette jeune fille est aussi décrite comme étant très grosse (le terme « obèse » est cité plusieurs fois mais comme elle est la narratrice, peut-on s’y fier ? Nous ne sommes jamais objectifs envers nous même). Jusque là on se dit que c’est sympa un peu d’originalité, ça change des héroïnes filiformes trop-belles-de-la-mort-qui-tue mais, on se rend vite compte qu’Elisa ne s’assume absolument pas et qu’elle s’enferme dans une espèce de bulle dépressive insupportable tout-le-monde-me-déteste-je-suis-trop-malheureuse Elle est persuadé que tout le monde passe son temps à se moquer d’elle, que sa sœur la déteste et que son père a honte d’elle. Sa sœur serait jalouse d’elle car c’est Elisa l’Elue et non pas elle… Vive la paranoïa… 

    

    Donc ça commence bien… l’héroïne insupportable est promise à Don Diego de la Vega. Ah non pardon, c’est Alejandro… (vous noterez l’originalité des noms… Au moins son fils ne se nomme pas Diego… ), roi de Brisalduce et va donc s’installer dans son nouveau royaume sauf qu’apparemment, le roi n’a encore parlé de ce mariage express à personne et qu’ils doivent en conséquence, cacher leur union. Alors qu’Elisa est totalement sous le charme de son mari, on ne sait pas trop ce qu’il en est d’Alejandro, on apprendra évidemment tout cela plus tard. 

    

    Le caractère renfermé et dépressif d’Elisa s’estompe un peu par la suite tandis qu’elle s’affirme de plus en plus et se découvre des qualités de dirigeante qu’elle ne soupçonnait pas. J’ai quand même eu un passage qui m’est resté en travers de la gorge, c’est le coup du « j’ai passé un mois dans le désert, j’ai beaucoup maigri, je me sens enfin jolie »… Super morale… 

 

    En dehors de ça, l’intrigue devient réellement intéressante quand Elisa atterrit dans le désert et que les choses sérieuses commencent. Le rythme est bon, on se laisse facilement prendre au jeu, on découvre le monde et ses différentes règles avec plaisir, les pages se tournent assez vite et on veut savoir ce qui va advenir d’Elisa. 

 

    En revanche, niveau personnages, ce n’est pas de la haute voltige… Il n’y en a aucun qui m’a vraiment marqué, qui soit sortit du lot. Ils sont vraiment assez peu développés dans l’ensemble. Et le style est fade et sans recherche, c’est plat et franchement peu élaboré. 

 

    Enfin bon, voilà un roman simple, qui vous reposera les neurones, qui vous offrira un monde sympa à parcourir durant quelques heures. Pour ma part, il ne me marquera pas longtemps. Je lirai peut-être la suite histoire de voir comment ça évolue mais, ce n’est pas sûr. 

 

 

La Fille de Braises et de Ronces :

Tome 1

Tome 2 : La Couronne de Flammes

Tome 3 : The Bitter Kingdom - VO : 2013

 

La Fille de braises et de ronces, Tome 1 - Rae Carson

Ma note :

 Mon mari se lève, l’enfant cramponné à son cou et déclame :
— Mon fils, le prince Rosario de la Vega, héritier du trône de notre grand royaume.
La salle accueille sa déclaration avec des hourras. J’ai beau fouiller dans ma mémoire, je crois que Papà n’a jamais fait autant de simagrées ni pour moi ni pour Alodia. Ce genre de comédie doit être réservée aux héritiers du sexe masculin.

Fantasy Jeunesse

À propos

La Plume d'Ivoire

“Lectrice et blogueuse atteinte de boulimie livresque aux goûts très éclectiques ! Je lis et chronique des romans de tous horizons ! ”

Rédigé par Ivy

Facebook

Mes Derniers
Coups de Cœur

Even dead things Morwenna Modiano Eden Bellwether Wheeler Burden Sharaz-De

Lectures en cours

Contact

facebook twitter livraddict hellocoton flux_rss

Sommaire par genre

Coups de coeur
_____________________________

annees 50 aventure bandes dessinees biographies bit-lit chick-lit Conte Érotisme fantastique fantasty Historique horreur Humour Jeunesse littérature classique littérature contemporaine litterature_lgbt victorien nouvelles Pirates romance science_fiction steampunk thriller

Rendez-vous

Challenges Concours j'sais plus où les mettre Top Ten Tuesday

Rédactrice pour
So Busy Girls !


Cliquez sur l'image pour avoir accès à mes articles sur So Busy Girls !


macaron-redactrices-orange-300px



Articles récents

Hébergé par Overblog

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...